La Suisse à travers les yeux d'une Ukrainienne.

 

J'ai découvert la Suisse bien avant de m'y installer, lorsqu'une de mes amies a épousé un ressortissant suisse et s'est installée à Bâle. Chaque fois que nous nous rencontrions, elle faisait l'éloge de ce pays : "La Suisse est le paradis sur terre !", "Les Suisses sont les meilleurs hommes !", "La Suisse a la nourriture la plus savoureuse !"... Étant amoureuse de Kiev, je ne pouvais même pas imaginer qu'un jour je pourrais quitter l'Ukraine. La vie est toujours prête à réserver des surprises, et le hasard a voulu qu'un jour j'aide un étranger à traduire dans un des cafés de Kiev. Il s'est avéré qu'il était suisse. Après deux ans de communication et d'amitié, il m'a invitée chez lui, où il m'a demandée en mariage. Et, oh, comme ma petite amie avait raison ! La Suisse - c'est le paradis sur terre ! L'air, l'eau, les montagnes, les lacs, les sources thermales, les petites maisons de contes de fées comme dans une image ... Après avoir vu tout cela, il a été très facile de prendre la décision de déménager en Suisse !

La Suisse est un tout petit pays, culturellement fascinant. Il n'y a que quatre langues officielles et il faut moins de cinq heures pour se rendre d'un bout à l'autre du pays. Les gens vivent dans un espace minimal, ce qui exige un respect mutuel et du tact. Chaque région conserve ses propres caractéristiques culturelles. J'habite en Suisse romande, mais à 20 minutes en voiture de chez moi, je me retrouve dans la capitale, où l'on parle déjà allemand. De plus, le suisse allemand est très différent de l'allemand littéraire et, en plus, chaque canton a son propre dialecte et sa propre prononciation. La connaissance de la langue est très importante pour une intégration réussie. Il n'est pas nécessaire de parler couramment toutes les langues et dialectes officiels, mais il vous sera plus facile dans la vie quotidienne d'apprendre à les comprendre. Lorsque nous sommes assis à la table familiale chez la sœur de mon mari, nous parlons quatre langues en même temps. La sœur de mon mari parle à lui et à sa mère en français, aux enfants et à son mari en allemand (dialecte de Luzerne), je parle à mon fils en russe et à son mari en anglais. Les gens y sont habitués ; beaucoup de gens parlent au moins trois ou quatre langues couramment. Environ 140 nations vivent ici, et une sur cinq n'est pas suisse. 

rencontrer une femme ukrainienne en Suisse

À l'école, dès la première année, on apprend aux enfants à économiser l'argent et les ressources naturelles. Il existe même un tel sujet spécial. En deuxième année, mon fils m'a dit qu'il ne fallait pas laisser le réfrigérateur ouvert pendant longtemps et comment ventiler l'appartement en hiver pendant le chauffage. La Suisse est un pays riche et des gens riches y vivent. C'est parce qu'ils savent comment préserver la nature, les ressources et l'environnement qu'ils connaissent un tel succès et que le pays est considéré comme l'un des meilleurs au monde. Je pense que nous, Ukrainiens, devrions l'apprendre des Suisses.

Il n'y a absolument aucune discrimination fondée sur la couleur, l'origine, le sexe ou l'orientation sexuelle. Au début, j'ai été choquée de voir des chiffres de mariage pour un gâteau sous la forme de deux mariées ou de deux mariés. Et à l'école, il y a eu un cas où un père turc (musulman) est venu en classe et a demandé d'enlever une image de la Vierge Marie. En Suisse, il est très important d'observer et de respecter la loi et l'ordre, mais il existe aussi des lois "non écrites", comme le règlement intérieur. Je louais un appartement dans une maison où il y avait deux machines à laver pour toute la maison. Le concierge a rédigé un calendrier de lavage et il fallait le respecter scrupuleusement. Mes heures de blanchisserie étaient de 18 heures le jeudi à 18 heures le vendredi. Si vous n'êtes pas arrivé à temps, attendez le jeudi suivant. Il m'est arrivé quelques fois d'arriver avec mon fils d'un voyage le vendredi soir et les valises de vêtements sales restaient sur place pendant une semaine ! Il n'est pas possible de faire la lessive en dehors de la ligne ! Pour obtenir un animal de compagnie, il faut obtenir la signature de tous les voisins, puis apporter cette lettre au concierge, et le comité des propriétaires prend la décision. Même si des fleurs pendent du balcon, vous devez demander à vos voisins si elles les dérangent. Le respect mutuel et la discussion ouverte des problèmes sont la base de la démocratie suisse. Il est très difficile pour notre peuple de s'habituer à tant de règles et de lois. J'ai également eu quelques incidents désagréables, principalement dus au fait que je me suis garé au mauvais endroit. Notre mentalité de "oui, je ne le suis que pour une minute" m'a parfois coûté jusqu'à 250 francs (lire - dollars américains) ! Après avoir payé ces amendes plusieurs fois, vous commencez instantanément à respecter les règles. J'ai également été surpris par le tri des ordures et l'attitude si sérieuse des Suisses. Le sujet des ordures est très important ici et ils peuvent en parler pendant des heures, même à table. Non seulement vous devez séparer le papier, le plastique, le verre, les déchets organiques, mais aussi le pain, les piles, les ampoules... Personnellement, j'ai six poubelles chez moi ! Vous devez payer pour chaque sac d'ordures, mais tout dépend de la municipalité. Dans ma municipalité, un certain nombre d'autocollants sont donnés pour les sacs à ordures et si vous les utilisez, vous devez payer 5 francs pour chaque 35 kilos d'ordures. Dans la commune voisine, on ne distribue pas de vignettes, on paie 5 francs pour 35 kilos et on ne peut jeter les ordures que dans des sacs poubelles blancs le mardi. Il y a une police des ordures. Si vous jetez vos déchets dans un mauvais sac ou sans autocollant, vous devez payer une amende. Mon ami bernois a payé 86 francs pour avoir jeté ses ordures dans un sac noir au lieu d'un sac bleu bernois.

À lire : la vérité sur les français vu par une femme russe

Cela fait maintenant 6 ans que je vis en Suisse, à Fribourg. Je parle couramment le français et je me considère bien intégré ici, mais ce pays ne cesse de m'étonner. Vous pouvez apprendre autant que vous le souhaitez, autant que vous le voulez et quand vous le voulez. Même à l'âge de quarante ans, il n'est pas trop tard pour changer d'orientation professionnelle et passer, par exemple, de comptable à architecte. Il y a un grand nombre d'écoles et de cours. De nombreuses Suissesses paient volontiers 250 francs pour un cours de deux jours sur la préparation de muffins, ou créent un bouquet de fleurs fraîches, juste pour le développement général. Mais pour nous, Ukrainiens, il est très difficile de trouver un emploi et de percer dans la sphère professionnelle avec des diplômes ukrainiens. Après avoir obtenu un diplôme de l'Université linguistique nationale de Kiev et être devenu professeur d'anglais et de littérature étrangère, j'ai échoué pendant 6 ans à confirmer ma qualification ici. Cela a pris beaucoup de temps et d'argent, et à la fin ils ont dit que les sujets et les heures ne correspondaient pas aux normes suisses. Je devais être diplômé de l'école de Cambridge, dont les diplômes sont reconnus dans plus de 360 pays, mais la Suisse exigeait en plus du diplôme le cours spécial de la Fédération suisse de l'enseignement, qui coûtait 860 francs pour deux jours. Mais malgré tout cela, je n'ai toujours pas réussi à trouver un poste d'enseignant. Pour être enseignant en Suisse, il faut être né suisse. Mais l'obtention d'un passeport suisse est assez difficile, et chaque année les règles pour les immigrants se durcissent. Pour devenir un Suisse, il faut beaucoup étudier et passer des examens d'histoire, de droit et de géographie. Il est nécessaire de bien connaître la culture, le système politique et l'actualité du pays.

J'ai réussi à prendre une position active dans la communauté. Je suis bénévole à la bibliothèque interculturelle de ma ville (LivrEchange de Fribourg). J'organise différents événements pour les minorités nationales. En mai dernier, j'ai présenté des livres d'un écrivain ukrainien, Eugenia Senyk, et j'ai réussi à rencontrer des Ukrainiens et à parler leur langue maternelle, ce dont je suis très fier.

Je conseillerais aux Suisses d'apprendre de nous, Ukrainiens, notre générosité et notre ouverture. Ici, même votre meilleur ami doit prendre rendez-vous à l'avance. Et les invitations pour les anniversaires sont envoyées au moins un mois à l'avance. Pas de visites spontanées ! Et si vous rendez visite à une personne que vous connaissez sans la prévenir, cela sera considéré comme un manquement à l'étiquette et peut même offenser la personne. 

...la simplicité ukrainienne me manque. Il n'y a pas de cerises acides en Suisse, comme en Ukraine. Et malgré le nombre considérable de vaches qui donnent un océan de lait, on ne fabrique ici ni kéfir, ni ryazhenka. Il n'y a pas de lait fondu, ce que j'aime aussi. Tout, apparemment, va pour le fromage, ce qui n'est pas mal non plus...